Bonjour…

En fait, un wedding cake pas cher, ça n’existe pas. Il n’y a que des wedding cakes moins cher, sujet que je traite aujourd’hui.

Pour ceux et celles qui ont raté le premier volé hier (et aussi parce que le site a atteint sa limite de bande passante), la première partie de l’article d’hier est ici.

Hier, je donnais un ordre de grandeur qui était de 5 euros la part au minimum très minimum, tout en sachant que pour 8 euros la part on a vraiment un beau gâteau. A multiplier par le nombre d’invités : 150 invités à votre noce, donc 750 à 1200 euros de gâteau. Oui, c’est énorme dans l’absolu, mais moi ça ne me choque plus…c’est le prix ! Aujourd’hui, quelques conseils pour faire baisser l’addition quand il s’agit de votre gâteau de mariage.

Avant toute chose : chez les anglo-saxons, le wedding cake a un tel succès qu’il a été industrialisé, les temps de confections sont réduits, il y a une batterie de petites mains (ceux qui ne font que des fleurs, ceux qui ne font que des colorations de pâte..) et pas mal de choses sont faite à la chaine. De plus, les ingrédients sont facilement disponibles et la concurrence tire les prix vers le bas. En France, c’est complètement différent : le marché est bien plus petit, souvent, c’est un seul cake designer qui fait tout, tout seul, il est difficile de faire des économies d’échelle, ou de gagner du temps, sans oublier l’import obligatoire de matériel ou de matière première (ne serait ce que la pâte à sucre…).

Si vous voulez le faire, j’ai également rédigé une check-list pour vous servir de mémo pour faire votre wedding-cakeElle est réservée aux abonnés au blog, mais c’est gratuit. Laissez une adresse mail afin que je vous l’envoie:

Reçois la check-list wedding cakes

Une check liste qui va te guider au travers toutes les étapes nécessaires pour réussir ton wedding cake.

A quelle adresse mail dois-je te l'envoyer ?

Powered by ConvertKit

Faire baisser le prix d’un wedding cake…

  1.  Avec le cake designer, du prix tu discuteras : lui seul pourra vous expliquer les détails qui font monter le prix de la part. Bah allez, je vous les donne : la garniture (un bon chocolat, c’est cher), le travail manuel de précision : modelages et fleurs en sucre, le niveau de détail (qui allonge logiquement la durée de confection)
  2.  Simple tu feras : couvert de pâte à sucre, tout blanc, avec un beau ruban et éventuellement une broche, c’est simple et efficace, selon moi. C’est surtout moins cher qu’un travail à la douille ou une cascade de fleurs faites à la main ! Le travail manuel, soit tu le respectes et tu le payes, soit t’en a pas !
  3. Plusieurs devis tu demanderas : partez d’une base et ajoutez ou ôtez des détails… vous devriez trouver un juste milieu.
  4. Plusieurs cake designers tu consulteras : logique. Attention, il y a cake designers et cake designers. Faîtes gaffe aux gâteaux pas chers du tout, c’est tout ce que j’ai à dire !
  5. Toi-même tu le feras : ouh la la… Je ne suis pas forcément pour, surtout vu l’enjeu. Si je ne l’avais pas dit, je ne doute pas que quelqu’un me l’aurais suggéré. Ceci étant, le sujet est trop sérieux pour en parler rapidement. Promis, on en parle l’année prochaine. Le 5 janvier (choix arbitraire), je m’engage auprès de mes lecteurs, je vais rédiger de suite !!!
May Clee Cadman: un moelleux au citron, fourré à la vanille et au lemon curd
May Clee Cadman: un moelleux au citron, fourré à la vanille et au lemon curd. 85 parts si c’est pour le dessert, 160 si c’est pour accompagner le café. 908€ (10,7 € la part)