Bonjour,

Le CAP pâtisserie est il en train de perdre sa valeur ?

Je me suis posé la question après avoir parcouru les commentaires d’un pro visiblement, sur une publicité Facebook pour un programme de formation au CAP à distance.  Justement… parlons en, de cette publicité.

Si la pâtisserie figure dans vos centres d’intérêt sur le réseau social en question, vous avez peut être croisé la tête de Mercotte qui présente ce programme en question. Et sauf le respect que je dois à Mercotte, le choix de mettre son visage en tête de gondole ne s’explique que par le souhait de vendre (ou de prendre les gens pour des cons) puisque Mercotte n’a pas le CAP pâtisserie. Au delà de cela, je ne crois pas à la formation à un diplôme de ce type complètement à distance du fait de l’importance de certains gestes, pourvoir être formé par quelqu’un ne me semble pas être du luxe, bien que ça ne soit pas à la portée de la bourse de tout le monde.

Je crois vraiment que passer le CAP est une chose, faire des gâteaux son métier en est une autre. Dans un récent article, je vous parlais de l’ouverture de ma boutique. Au delà de l’humour, j’aurais pu mettre en évidence la GALERE que c’est de se lancer dans la vente. Et je crois que beaucoup de détenteurs du CAP se prennent cette réalité en pleine face. J’adorerais savoir combien ont entrepris cette aventure, et combien en sont sortis vainqueurs. Sérieusement ?

Donc voilà, le CAP pâtisserie, c’est la face émergée de l’iceberg, le truc sympa.  Tellement sympa que, désireuse de savoir les bases en pâtisserie, moi je l’ai passé. Je suis super contente d’avoir pu acquérir ces bases, j’ai toujours su que je ne vendrais pas de gâteau justement parce que se lancer dans la vente c’est pénible, et si  c’était à refaire, je le referai. Si vous aimez la pâtisserie, passer le CAP est une excellente idée si cela vous tente.

Serait-ce de la faute des candidats libres ?

Le CAP pâtisserie en candidat libre à carrément le vent en poupe depuis 2010 environ, je dirais… Je demande d’ailleurs à voir les chiffres des inscriptions. A cela, je vois 3 raisons (sans les classer dans l’ordre) :

  • la banalisation des émission de cuisine/ pâtisserie : initialement avec des pros, puis avec des amateurs
  • la nécessité de passer le diplôme pour toutes les personnes désireuses de vendre des gâteaux (et certains ont essayé sans mais ce sont cassé les dents)
  • la conséquence des deux lignes du dessus : de plus en plus de monde a envie d’un métier-passion et le CAP constitue une porte d’entrée, un passage obligé..

Le CAP pâtisserie (surtout en candidat libre) fait parler de lui : 3 nouveaux ouvrages adresses aux candidats libres sont sortis à la rentrée dernière. Rien que ça…  Ce diplôme se démocratise beaucoup…

A vos votes !


Selon moi, la valeur du diplôme n’est pas déterminée ou impactée par le fait qu’il soit tendance. Le CAP reste le CAP, un diplôme de base, nécessaire à la profession de pâtissier. Point trait… Tant que le programme restera le même, il sera « à l’abris » . Est ce qu’on le donne  » à tout le monde et à n’importe qui  » ? Je ne sais pas, je ne suis pas jury, mais je ne pense pas que les pâtissiers jurys soient plus indulgents ou fassent preuve d’une pitié particulière face à un candidat libre.

Et, vous, qu’en pensez vous ?

A vos commentaires…

En savoir plus ? Rejoins le e-cours gratuit...

Pendant 10 jours, reçois chaque jours des explications et des astuces pour aborder sereinement le cake design. Ce cours t’apportera les réponses à des questions de base: réussir ses gâteaux, quel matériel, débuter la pâte à sucre et le wedding cake…

Powered by Seva